23ème Jazz & Blues Festival

23ème édition du JAZZ AND BLUES FESTIVAL

Du 07 JUIN au 16 JUIN 2018

Le Jazz and Blues festival de Léognan fête la Nouvelle Orléans ! 2018 marquera le 300ème anniversaire de la création de New Orléans City, Jazz And Blues se devait de faire un clin d’œil à la ville qui a donné naissance au jazz; pour cela un hommage sera rendu à un de ses plus important musiciens: Sidney Bechet. La soirée du 8 juin lui sera consacrée, par son fils Daniel et par le saxophoniste Olivier Franc. Je vous laisse découvrir toute la programmation de cette 23ème édition. Bon festival!

Réservez en bas de page
Jazz festival Léognan 2018

Programme du festival & les tarifs

TP: tarif plein
TU: tarif unique
TR: tarif réduit (Etudiants, chômeurs, handicapés, CE, MEL, + de 60ans & par correspondance)
TA: tarif adhérents Jazz And Blues
PASS 2 jours 8 & 9 juin
Voir conditions ci-dessous:

Soul Jazz Rebels

07 juin 21h00 à BEAUTIRAN
Centre Culturel G.Pézat

Tarifs 10€ TU 8€ TA

Daniel Sidney Bechet quintet

1ère partie: Alain Barabès “The Quartet”
Halles de Gascogne

08 juin 21h00 à LEOGNAN

Tarifs 25€ TP  /  22€ TR  /  20€ TA
PASS 40€ /8 & 9 juin

Miss Nickki & The Memphis Soul Connection

1ère partie: Nico Wayne Toussaint big band
Halles de Gascogne

9 juin 21h00 à LEOGNAN

Tarifs : 25€ TP /  22€ TR  /  20€ TA

Geoffrey Lucky Pepper Only

14 juin à 21h à MARTILLAC
Château de Lantic

Tarifs 10€ TU G

Akoda

15 juin à 21h à SAUCATS
Centre Culturel La Ruche
Tarifs 10€ TU 8€ TA

Serge Moulinier trio

16 juin à 21h à MARTILLAC
Centre Culturel
Tarifs 10€ TU 8€ TA

Points de vente

                                         

Par correspondance:
A Léognan:

Léognan Magnum: 05 56 64 74 08 Espace Culturel Léognan: 05 57 96 01 30 La Cave de Léognan: 05 56 64 19 98
Office du Tourisme Martillac: 05 56 78 47 72

CHEQUE CULTURE accepté.

Bande annonce

Les tarifs rappels:

  • TP: tarif plein
  • TU: tarif unique
  • TR: tarif réduit: étudiants, chômeurs, handicapés, CE, +60ANS, Musique En Live (présentation justificatif), et par correspondance: voir modalités ci-dessous
  • TA: tarif réduit réservés exclusivement aux adhérents de Jazz And Blues, billetterie gérée par Jazz And Blues. Adresse: Jacques Merle, 2 allée de la Forêt, 33600 PESSAC
  • G: concert du 14 juin entrée gratuite pour les ADHERENTS JAZZ AND BLUES

Achats des billets par correspondance au TARIF REDUIT (TR) POUR TOUS :
Adressez vos commandes avec règlement chèque à l’ordre de Jazz And Blues à:
Jazz And Blues – Jacques Merle 2 allée de la forêt – 33600 PESSAC
Avant le 01 juin 2018 – joindre impérativement une ENVELOPPE TIMBREE.
ENTREE GRATUITE POUR LES ENFANTS DE MOINS DE 12 ANS.
IMPORTANT: Les concerts “Off”du 7, 14, 15 & 16 juin ne sont pas en ventes sur les réseaux: FNAC, Ticketmaster, Box Office, Digitick, Placeminute.
Seuls les concerts du 8 & 9 juin le sont.

JEUDI 7 JUIN Centre Culturel G.Pézat – BEAUTIRAN 21h00 SOUL JAZZ REBELS

https://youtu.be/j4b7i73nES4

C’est 4 jazzmen défendent un jazz imbibé de blues et de groove, en jouant dans la grande tradition du label “Blue Note”, une musique inspirée de Sonny Stitt ou Kenny Burell. C’est aussi la rencontre de 2 musiciens issus de la scène bordelaise, le saxophoniste Jean Vernhères et Hervé St Guirons organiste avec 2 toulousains, le guitariste Cyril Amourette et le batteur “Tonton” Salut. Si Jean Vernhères est un “touche à tout” il a fait ses classes auprès de Nico Wayne Toussaint, Hervé St Guirons lui est un accompagnateur recherché, on peut l’entendre avec différentes formations comme celles d ‘Alex Golino, Monique Thomas, Roger Biwandu, Dave Blenkhorn…Quant aux toulousains, Cyril Amourette enseigne la guitare et collabore avec le pianiste Thierry Olé, “Tonton” Salut a accompagné de grands noms comme Lou Bennet, Sonny Stitt, Georges Coleman, Lucky Peterson….Il enseigne le jazz au Conservatoire de Toulouse ainsi qu’à Jazz In Marciac… Jean Vernhères: saxophone; Hervè St Guirons: orgue Hammond; Cyril Amourette: guitare; Christain “Tonton” Salut: batterie

VENDREDI 8 JUIN Halles de Gascogne – LEOGNAN 21h00 “300 ans de New Orléans City” ALAIN BARABES quartet

https://youtu.be/uj8q1YoBNpE

Voilà un quartet dont le répertoire s’apparente à celui des formations traditionnelles, mais joué dans un style qui suggère celui des clubs de la Nouvelle Orléans.

Pour cela 4 pointures:  Alain Barrabès au piano bien connu des amateurs de jazz, leader de plusieurs formations dont celles du “Jazz Chamber Orchestra” ou des “Voisins de Piano”, Thierry Bouguignon  percussionite, spécialiste du washboard, le talentueux clarinettiste Jérôme Gatius, et Alexis Bourguignon, trompettiste de son état qui excelle notamment à France 2 dans l’orchestre de l’émission “N’oubliez pas les Paroles”! Alain Barrabès: piano; Jérôme Gatius: clarinette; Alexis Bourguignon: trompette; Thierry Bouguignon: washboard.

DANIEL Sidney BECHET quintet “featuring”
OLIVIER FRANC “Hommage à Sidney Bechet”

https://youtu.be/eyPVOcBozj0

Daniel Bechet est né en 1954, il débute la batterie avec Kenny Clarke et Art Taylor; c’est aux USA qu’il accompagne des artistes comme Johnny Griffin, Dexter Gordon, Ben Webster, Bob Wilber…En 1984 il est en Angleterre rencontre Peter Gabriel et collabore avec lui; il compose pour nombre d’artistes et réalise des musiques de films pour “Miramax”. En 1990 il monte “The Feetwarmers” un groupe de jazz qui rend hommage à son père. Il se produira dans plusieurs festivals: Montreux, Juan les Pins, New Orléans…En 1997 il crée la “Société Sidney Bechet” à New York qui organise des concerts en hommage à Sidney Bechet. En 1999 il rencontre Olivier Franc et forme le “Daniel Sidney Bechet quintet” Olivier Franc est né en 1953 son père René était le clarinettiste de l’orchestre d’André Réwéliotty qui accompagnait Sidney Bechet. Il débute sa carrière en 1970, au sein de sa formation, il reçoit le Prix Sidney Bechet en 1979! En 1997 le Prix du Hot Club de France. Depuis 2006 il joue sur le saxophone de Sidney Bechet. Privilège pour Olivier Franc qui est reconnu comme étant le “fils spirituel” de Sidney Bechet. Autre privilège: celui d’avoir joué aux côtés de Wynton Marsalis et son sextet à Jazz In Marciac 2009 en compagnie aussi de Bob Wilber! Il se produit et il est l’initiateur des croisières “Cotton Club” sur les paquebots Queen Elizabeth2 ou le Norway…. Daniel Bechet: batterie, Olivier Franc: saxophone, Gilles Chevaucherie: contrebasse, Jean Baptiste Franc: piano, Benoît de Flamesnil: trombone.

SAMEDI 9 JUIN Halles de Gascogne – LEOGNAN 21h00 NICO WAYNE TOUSSAINT Big Band

https://youtu.be/EgICYHRFrq0

Ce bluesman est loin d’être un inconnu! Dès son plus jeune âge c’est au sein de la formation de son père “Vent du Sud” qu’il s’est forgé son statut de musicien harmoniciste et chanteur. Depuis N.W.T est l’un des rares bluesmen européens à avoir réussi à faire carrière aux USA. Professionnel depuis 1998 il a enregistré 12 albums sous son nom dont 11 parus chez “Dixiefrog”. Compositeur sur un répertoire traditionnel Chicago Blues des années 50, leader de plusieurs de ses formations il se tourne depuis la disparition de James Cotton en mars 2017 à rendre hommage à son Maître. Il a joué avec James Cotton mais aussi avec Billy Branch, Luther Allison, Jimmy Burns, Jimmy Johnson….Les shows de N.W.T sont aussi connu pour leur intensité émotionnelle, l’énergie et le charisme qu’ils dégagent. Véritable “Bête de Scène” le public est en parfaite communion avec cet artiste hors du commun! Nico Wayne Toussaint: harmonica, vocal; Michel Foizon: guitare, vocal; Cyril Dumeaux: saxophone; Sébastien Arruti: trombone; Pascal Drapeau: trompette; Jean Pierre Legout: piano; Antoine Perrut: basse; Romain Gratalon: batterie.

Miss NICKKI and The MEMPHIS SOUL CONNECTION

https://youtu.be/pmRh43QEuM8

Nicole Quinteta Whitlock “Miss Nickki” est née il y a 39 ans à Holly Springs (Mississippi), berceau de la musique noire américaine dont elle est une représentante aujourd’hui. C’est avec une voix impressionnante, un talent fou et un charme naturel qu’elle se livre à son public qui le lui rend bien. Elle chante un blues profond alliant la puissance du Gospel à la douceur de la Soul. Une alchimie musicale typique de Memphis Tennessee, celle ville au riche patrimoine musical, où Nickki réside désormais. Elle se produit dans ces clubs mythiques comme le Ground Zero Blues, club de Morgan Freeman, ou au célèbre Juke-Joint “Wild Bill’s”. Influencée par des chanteuse comme Aretha Franklin, Denise LaSalle, Tina Turner…Et par les chanteurs de Memphis tels Johnnie Taylor et Al Green. Nicole Quinteta Whitlock “Miss Nickki”: vocal; Pierre Cherberro: piano; Floryan Royo: guitare; Julien Dubois: basse; Fabrice Bessouat: batterie

JEUDI 14 JUIN Château de Lantic – MARTILLAC 21h00 GEOFFREY LUCKY PEPPER “ONLY”

https://youtu.be/fWswxoyWK8k

Geoffrey Kempf “Lucky Pepper” gagne son 1er tremplin à 23 ans au festival “Dax Motors & Blues” en 2015. Depuis il tourne dans le Sud Ouest en proposant son “One man show” blues: festival “Relâche” à Bordeaux en 2016; finaliste au Tremplin Cognac Blues Passion en 2017; sortie en 2017 de son album où il présente 7 compositions originales. Seul sur scène, à la fois chanteur, harmoniciste, guitariste, batteur, c’est avec une énergie incroyable qu’il délivre son univers musical qui l’anime, influencé par le blues du Delta du Mississippi. Performance impressionnante de ce multiinstrumentiste passionné!

VENDREDI 15 JUIN Centre Culturel La Ruche – SAUCATS 21h00

AKODA

https://youtu.be/x_G0QifoAQw

Valérie Chane-Tef est pianiste, compositrice, chanteuse née à la Réunion. Du piano classique de ses 7 ans elle s’y consacre durant plus de 15 ans! C’est à Bordeaux qu’elle poursuit ses études et en 2002 elle y enseigne la musique. Elle se passionne pour le jazz et les musiques cubaines. En 2011 forte de toutes ses influences et de la richesse de son patrimoine musical elle forme Akoda, un savant mélange de divers rythmes: maloya, biguine, mazurka, jazz, afro-cubains. Elle se produit aussi dans plusieurs formations dont celle qui rend hommage à Claude Nougaro. Akoda c’est une invitation à la fête et à la danse bien entendu! Valérie Chane-Tef: piano, vocal; Benjamin Pellier: basse, vocal; François Marie Moreau: saxophone; Franck Leymérégie: set percussions.

SAMEDI 16 JUIN Centre Culturel – MARTILLAC 21h00 SERGE MOULINIER trio

https://youtu.be/FhJdPP7Rf7c

Pianiste, compositeur bien connu des amateurs de jazz aquitain, Serge Moulinier a produit plusieurs albums sous son nom dont “Tyamosé Circle” en 2014 et “Quintessence” en 2017. Il a collaboré avec la chanteuse Lo Jay sur les albums “Lo Jay joue O’Day” et “Imagine a wonderful world”. De nos jours il se consacre à se produire au sein de son trio et de son quintet. Organisateur des “Jeudi du Jazz “à Créon, il a participé à de nombreux festivals dans la région: Andernos, Monségur, Cénac Léognan, St Emilion et même au delà comme à San Sébastien, au festival de Vienne…….et à Tokyo! Il est accompagné par 2 pointures de la scène bordelaise: Didier Ottaviani: batterie et Christophe Jodet à la contrebasse.

REDACTION: Gilbert Bereau, PHOTOS: Jean Paul Passeron.

25ème NUIT DU BLUES Léognan 25/11/2018

SHANNA WATERSTOWN – CHICAGO BLUES FESTIVAL / Carl Weathersby, Rico McFarland, Laretha Weathersby

Un quart de siècle d’existence pour cette ‘Nuit du Blues’ de Léognan, en proche banlieue bordelaise! Voilà qui devait se fêter, les fidèles amateurs avaient tous répondu à l’appel et la soirée s’est déroulée à guichet fermé.
Une fois cette énorme foule installée et passée la présentation par le président de l’association, les musiciens de Shanna Waterstown prenaient possession de leurs instruments puis démarraient une longue introduction pour un “Rock me baby” que Shanna entonnait, sortant de l’ombre. Cette chanteuse noire est née à Ocala, au milieu de la Floride où elle a grandi bercée par le gospel de l’église et la musique païenne de la rue. Un passage à New York et dans le monde des comédies musicales avant un voyage en Europe durant lequel elle s’est prise d’amour pour Paris, et elle y a fondé famille.
Des singles popeux dans les 90’s, des boulots de choriste avant un retour au sein du blues et du jazz qui correspondent parfaitement tant à ses goûts, qu’à ses qualités vocales. Elle avait déjà foulé la scène de Léognan en 2013 où elle avait ouvert pour Mud Morganfield, fils de Muddy Waters.
Le public est instantanément surpris par sa voix chaude, puissante ou cajoleuse, sa beauté et son aisance sur cette scène où elle se déplace avec félinité au milieu de ses musiciens.
Et ils sont parfaits lesdits musiciens, emmenés par Gille Fégeant à la guitare; on retrouve Nicolas Dry (piano), Jal Hohy (basse) et Christophe Gaillot à la batterie. Le début du set sera pour eux l’occasion de revisiter de manière très personnelle des classiques d’origine aussi variés que “Kansas City”, “Hallelujah I love him so” ou “The thrill is gone“.
La seconde partie sera consacrée à davantage de productions originales comme “Mama’s kitchen“, le très soul “Sugar Daddy” ou le langoureux “Bluesin’” composé par la sœur de Shanna. Une heure et demi plus tard, après encore bien des émotions et ce gros blues qu’est “That’s why I’m cryin’“, la tension pouvait retomber. Shanna n’est pas une suceuse de micro, elle possède vraiment une voix originale, la scène est clairement son domaine et elle est parfaitement entourée … que du bonheur. Deux remarques, un peu de pédales d’effet dont je me passe aisément et depuis ma place, une reverb parfois évidente; mais visiblement le reste du public n’avait pas les mêmes remarques.
Et Shanna s’en est allé nous concocter un nouveau CD attendu au début de l’année.
Un p’tit tour pour se détendre les jambes, se rafraîchir et admirer l’exposition de peintures que l’artiste Evilo a consacrées à quantité de musiciens de blues et de jazz.

La seconde partie de la soirée nous donnait à voir la tournée annuelle du ‘Chicago Blues Festival’ dont c’était la 48ème édition.
Ce fût l’occasion de faire applaudir Jean-Marie Monestier, bordelais, disquaire en ville durant les 60’s et co-fondateur de cette maintenant historique tournée de bluesmen noirs américains mais aussi du mythique label ‘Black & Blue’.
Cette année le plateau était conduit par Carl Weathersby qui était déjà venu à Léognan en 2001. 65 balais dans deux mois, né dans le Mississipi et élevé à Chicago dès ses huit ans; mais les vacances scolaires passées dans son Mississipi lui permirent de tisser des liens avec le blues local.
Divers petits boulots et la guerre du Vietnam l’occupèrent avant qu’il ne se consacre totalement à la musique, poussé et aidé par le grand Albert King, un copain de son papa. Puis ce fût 14 années au sein des ‘Sons of the Blues’ de l’harmoniciste Billy Branch avant qu’il ne lance une carrière solo ponctuée par un premier album en 96 (Don’t lay your Blues on me).
A ses côtés on trouvait une autre valeur de la guitare Blues dont c’était le premier passage ici, Rico McFarland. Plus jeune, puisqu’il n’aura que 58 ans quelques jours après l’anniversaire de Carl, Rico a joué derrière quantité de grands bluesmen dont Albert King, Otis Clay, James Cotton ou Lucky Peterson. ‘Tired of being alone’ est son premier album de patron en 2001, il lui vaut une nomination de ‘meilleur nouvel artiste de blues de l’année 2002’.
Nos deux guitaristes étaient soutenus par une équipe de plus jeunots, Ronald Moten aux claviers et une section rythmique composée de Timothy Lee Waites (dit Tim T Lee) à la basse et Jeremiah Thomas derrière les fûts. Une longue intro instrumentale pour chauffer les doigts et la grosse voix rocailleuse de Carl résonne pour une longue version personnelle du “I don’t know” de Sonny Boy Williamson II.
Carl reste assis sur un tabouret haut, mais les mains ne sont pas fatiguées qui courent sur le manche avec agilité. Une agilité que lui dispute Rico, dont l’imposante stature ridiculise le micro derrière lequel il se tient debout. “Somebody help me“, suivi d’une paire d’autres titres du répertoire de Carl; un passage durant lequel il joue avec les dents, ce qui n’apporte rien à la musique mais a le don d’amuser le public. Rico s’empare du micro et c’est parti pour quelques titres chantés par le géant et durant lesquels les deux guitaristes s’amusent gentiment par instruments interposées.
Au passage, “Stormy Monday” a donné lieu à deux forts solos, d’abord à l’orgue puis par Carl; les morceaux sont très longs et après une heure de concert, ils attaquaient seulement le septième titre; inutile de vous expliquer la place que les guitares ont occupé durant cette soirée !

Une longue intro et c’est l’entrée en scène de Laretha Weathersby, cousine par alliance de Carl, née en 61 et qui a émergé sur la scène blues de Chicago à la fin des 90’s. ‘Dance the Blues Away’ est le titre de son EP 6 titres, tous écrits par son époux; mais ce soir, nous aurons surtout droit à des standards de Chicago. Petit gabarit et toute de noir vêtue, elle déboule comme une tornade pour entonner “Let the good time roll“.
Elle déploie une grosse énergie, danse, bouge beaucoup et va provoquer les musiciens de l’un à l’autre.
Un petit saut chez John Fogerty, mais plus Tina que CCR et c’est une courte version mid-tempo de “Proud Mary” qu’elle va ensuite reprendre sur un rythme endiablé.
Un p’tit tour et puis s’en va … plus de trois heures, mais le public gourmand en veut encore et ce fût un long rappel avec reprise de “Let the good time roll” enchaîné avec “Sweet home Chicago“; juste histoire de bien marquer de quoi la soirée était faite!!! Drôle de vie, le lendemain tout ce beau monde démarrait à 6:00, en route pour la Belgique …